Archives de Tag: café

Les 10 commandements du stagiaire

Chaque étudiant doit un jour ou l’autre passer par la case stage. Sur le papier ça à l’air simple et fun mais ce n’est pas toujours évident de s’y retrouver et d’être un « bon » stagiaire. Suivez ces dix commandements pour vivre au mieux cette nouvelle aventure.

  1. Ponctuel tu seras plus ou moins

Le premier jour arrive à l’heure au bureau, histoire de te faire bien voir. Par contre aux conférences de presse, arrive avec au moins dix minutes de retard. Ça montre que t’es hyperbooké et que tu leur as fait une fleur de venir.

  1. Les critiques, avec le sourire tu accepteras

La susceptibilité est plutôt mal vue dans la profession et puis tu n’es qu’un simple stagiaire alors même si tu n’es pas d’accord, dis oui en gardant le sourire, si tu espères évoluer dans l’entreprise ou qu’on te recommande par la suite.

  1. La machine à café et le photocopieur tu maîtriseras

Compétences primordiales : pense bien à préciser dans ton cv si tu t’en sors mieux avec les capsules ou les machines plus tradi. Autre point important, si pour toi l’art du recto verso n’a plus aucun secret, alors t’es sûr de te faire remarquer en bien au sein de l’équipe.

  1. Un boulot tu n’espéreras pas

Premier stage tu es archi motivé en mode il vont me garder à la fin de la date fatidique. Dixième stage plus tard, tu comprends qu’en fait tu ne travailles que pour la gloire et pour que ton grand père soit content de voir ton nom écrit chaque jour à la fin des articles de son journal préféré.

  1. Le maître de stage tu adoreras

Pas la peine d’édifier un autel à son effigie mais laisse lui croire que… C’est sur ton maître de stage que repose le boulot intéressant ou pas que tu auras et c’est aussi lui qui te note à la fin. Alors on sort les sourires et la poitrine (uniquement si tu es une fille).

  1. Autonome tu seras

Il est bien loin le temps où l’on te mâchait le travail en te disant de faire ça ou ça. Ce n’est pas pour rien si on t’a demandé un cv en béton, pour eux tu es comme les autres employés à part que tu es un produit soldé.

  1. Entre stagiaires (sympas), vous vous soutiendrez

Il est important de se soutenir les uns les autres (entre gentils bien sûr) et de compatir ensemble et puis ça crée de belles rencontres.

  1. Aux apéros tu participeras

J’en ai déjà parlé à plusieurs reprises mais la présence aux apéros est capitale dans ta future carrière de journaliste. Bref, champagne, pastis, rosé, bière, tu dis oui à tout, sans poser de question.

  1. Les heures tu ne compteras pas

Ca se saurait si les journalistes savaient compter. C’est vrai que dans ta convention, il est écrit que tu feras 35h. Seulement il y a 35h en langage courant et 35h en langage rédac et l’unité de mesure ne semble pas être du tout la même !

  1. Quand tu décrocheras un contrat, des mois de stages, tu rigoleras

Quelle dure période que la vie de stagiaire. Si au premier abord, ce n’est pas rigolo, une fois ton contrat signé, tous ces souvenirs seront juste trop « fun » à raconter en soirée ou au petit stagiaire dont tu t’occupes.

3 Commentaires

Classé dans Stagiaire Modèle

Stage Wars

Premier stage – première guerre

Nice Machin, Juin 2009, je débarque à la rédac super naïve en mode « Coucou c’est moi la petite nouvelle« , sauf qu’à l’accueil personne ne m’attend et n’est même au courant de ma venue. On me dit d’aller m’asseoir gentiment avec les autres stagiaires arrivés avant moi. Par autres stagiaires, je veux parler des deux poupées Barbie blondes et du sosie de Justin Bieber l’air menaçant. Que la fête commence ! J’ai alors compris le sens exact du mot compétition et c’est peu dire… quand le rédac chef est gay et que par conséquent les meilleurs sujets reviennent à Justin. Bref j’ai dû apprendre à travailler avec les poupées ou du moins faire tout le boulot pendant qu’elles passaient des heures à se faire les ongles…

Etre en stage, c’est un peu comme être de retour sur les bancs de l’école.

Deuxième stage – deuxième guerre

Septembre 2010, radio d’un célèbre prince, 5h du mat’ dans un building vide, c’est la guerre pour savoir qui fait le meilleur café et aura par conséquent le droit de présenter la météo. Je peux vous assurer que Georges est devenu mon meilleur pote en quelques jours et que les Voluto et Ristretto n’ont plus de secret pour moi.

Troisième stage… troisième guerre

Janvier 2011, compétition encore et toujours. Si je n’ai pas un tempérament de compétitrice, mes différents stages m’ont poussée à devenir une tigresse. Installées et acceptées au sein de la rédac depuis deux mois avec une copine stagiaire (oui parce qu’il y a aussi de gentils stagiaires tout de même), voilà qu’un nouveau prétendant à la plume bien avertie débarque au journal. Panique à bord, l’individu en apparence doux comme un agneau se révèle être un requin hors pair, prêt à tout pour décrocher les meilleurs articles. C’est à partir de ce jour là, que j’ai commencé à surveiller mes arrières et donner de fausses pistes aux concurrents.

Quatrième stage – Unique stagiaire – pas de guerre

Septembre 2011, calme plat dans la cité phocéenne, normal je suis la seule stagiaire et le précèdent n’a pas fait l’unanimité.

Dix-huitième stage  plus tard – en guerre contre la société qui abuse du statut de stagiaire

NB : je tiens à préciser que j’ai été obligée d’auto-censurer certains passages trop violents pouvant heurter la sensibilité des plus fragiles.

3 Commentaires

Classé dans Ras le bol, Sport

J’ai appris… (liste non exhaustive)

Stage : période de formation, d’apprentissage ou de perfectionnement qui dure quelques jours à plusieurs mois (ou années dans mon cas).

Si je suis aujourd’hui bien rodée, on a toujours des choses à apprendre, c’est pourquoi, j’ai décidé de dresser une liste des choses que j’ai apprises au sein des différentes rédactions par lesquelles je suis passée.

Ce que j’ai appris :

À m’intégrer au sein dune équipe, plus sociable, tu meurs

À travailler rapidement

À faire des cafés, même s’il est vrai que je ne maîtrise pas toutes les machines

À rédiger une nécrologie

À toujours sauvegarder mes écrits, j’ai perdu, une fois, un papier de 6000 signes à 20h…

À gérer des situation de stress

À tout recommencer à zéro car le papier ne convenait pas

À réaliser des créneaux impeccables, les rues sont étroites à Aix en Provence et j’ai aussi appris à conduire comme un mec à Marseille

À écrire des articles sur n’importe quel sujet

À me concentrer dans un openspace

À organiser une multitude de rendez-vous pour qu’au final le projet tombe à l’eau

À serrer des mains

À travailler tard

À faire un micro trottoir

À construire un agenda, d’ailleurs si vous cherchez une spécialiste, pensez à moi, l’agenda, je maîtrise !

À ne pas regarder l’heure

À garder mon sérieux en toute situation

À ne pas faire de brouillon

À me servir d’un plan lorsque mon GPS était en grève, c’est à dire très souvent

À poser toujours plus de questions

À manger en vitesse

À imaginer des titres

À travailler avec d’autres stagiaires…

5 Commentaires

Classé dans Stagiaire Modèle

La stagiaire citoyenne

Faire la belle dans les événements mondains c’est chouette mais il est, parfois, nécessaire de se recentrer. En tant que jeune journaliste engagée pour la cause des stagiaires exploités, j’ai décidé de montrer l’exemple en tenant un bureau de vote pour les législatives. Et je peux vous dire, qu’il ne s’agit pas d’une mince affaire !

Étape 1. En tant qu’assesseur principal, ma journée a démarré dès 7h30 du matin à la Mairie alors que trois heures auparavant je bougeais mon body jusqu’au bout de la night. Il en faut plus pour me décourager ! Une tasse de café, un peu de blush et ça repart. Après 18 réunions préalables (oui j’exagère un peu, je ne viens pas du sud pour rien) et un dernier débriefing sur la journée à venir, me voilà, fin prête à affronter tricherie et bulletin falsifié. Rassurez-vous, tout s’est bien déroulé, j’essaie juste de rendre l’histoire un peu plus punchy.

Au bout d’une heure, les « a voté »  n’ont plus aucun secret pour moi. Dommage que si peu de personnes ne prennent la peine de se déplacer pour mettre l’enveloppe dans l’urne.

Sept heures plus tard, le ventre à moitié vide et d’énormes cernes, je suis largement moins enthousiaste ! Si la journée me paraît assez longue (bon ok, très longue), je ne regrette en aucun cas d’être venue. C’est cool de voir une fois dans sa vie comment se déroule une élection et puis je glisse au passage que « je suis à la recherche d’un job etc… »

 

Dix-huit heures pétantes, le moment tant attendu arrive enfin. Faut savoir qu’à cette période précise, j’ai épuisé tout mon stock de « tu préfères » et autres jeux débiles pour passer le temps.

Roulement de tambour… et top départ pour le dépouillement ! Doigts légèrement tremblants, cœur qui palpite, faut pas que je me foire « concentre toi« . Trente minutes plus tard, je peux souffler, tout s’est bien passé ! Je me bouge de signer la paperasse car je n’ai qu’une envie : aller dormir. Faut que je sois en forme pour cette nouvelle semaine de stage !

4 Commentaires

Classé dans Stagiaire Modèle